Sumatra, Indonesie


Jeudi 18 juillet- Samedi 27 juillet Medan Bukit Lawang- Tangkharan (suite)
mais notre guide nous mène sur d’autres chemins pour rencontrer une mère orang-outan et son bébé d’un an. Les mères orang-outans sont très protectrices, elles gardent leur bébé à portée de bras (environ 1 m) jusquà sa première année et il restera auprès d’elle jusqu’à ses 7 ans environ, apprenant progressivement à cueillir ses fruits, manger des termites, construire ses nids de jour et de nuit.

Le bébé que nous avons observé était un petit intrépide, cherchant à s’éloigner de sa maman. Il en faisait des efforts pour grimper sur les branches mais maman était là pour le rattraper dès qu’il avait fait un mètre. Sa mère gardait également un il attentif sur ces humains au cas où ils feraient du mal à sa progéniture. Et puis d’un seul coup, un mouvement d’un touriste qui lui déplaisait, un bruit désagréable, le rejeton s’accrochait à la fourrure orange, et elle l’emmenait loin en se balançant de branche en branche. Nous avons aussi croisé un jeune de 5-6 ans qui apprenait l’autonomie. Et tel un ado, il avait l’air de s’ennuyer grave, blasé de tout
La jungle abrite de nombreux animaux, parmi lesquels nous avons croisé un beau paon avec un cri puissant que nous entendons à plusieurs reprises. Les eaux sont également peuplées de monitor lezard quand nous entendons lézard nous imaginons la petite bête toute mignonne qui se dore sur nos murs lorsque le soleil pointe ses rayons. Que neni, le monitor lezard est un gros gabarit, plus d’un mètre de long il pourrait servir de méchoui dans la jungle ! C’est un excellent nageur, se nourrissant de poissons et détritus aquatiques, tenant tête à une bande de macaques qui visent les mêmes sources de nourriture, avec une longue langue bleue sondant les alentours à la recherche d’un p’tit truc à grailler.

Il faut juste essayer de ne pas y penser lorsque nous trempotons dans la rivière.
Plusieurs arbres portent les marques des griffes des ours, attestant qu’ils sont bien présents et qu’ils ont empruntés les mêmes chemins que nous. Là, c’est lorsque nous allons nous coucher dans notre tente de fortune qu’il faut essayer de ne pas y penser !
Pour rejoindre notre campement, nous devons traverser trois fois la rivière, avec un courant plus ou moins fort mais surtout des gros cailloux au fond qui font bien mal à nos plantes de pied. Nous arrivons sur une plage de galets. Notre tente : des morceaux de bois qui maintiennent des bouts de plastique, surplombe la rivière.

Le soir, après un bon diner, Rycky nous raconte ses anecdotes de rencontre avec le tigre de Sumatra, et les éléphants qui ont éteint le feu qu’ils avaient allumés, et nous échangeons nos énigmes.
Nous nous couchons au son de la rivière et de la jungle. On s’attendait à un concert de cris d’animaux, finalement ceux qui sont bruyants, sont comme nous, ils dorment la nuit. Donc ce sont les bruissements de feuilles principalement qui nous accompagnent vers Morphée. La nuit est humide au bord d’une rivière donc fraîche, trop fraîche quand on est habitué à des températures de 25-26 la nuit.
Baignade dans la rivière, jeux de cailloux, découverte de la mini cascade occupent notre matinée. Le retour au village se fait en rafting indonésien ! des chambres à air de camions gonflées à bloc et reliées entre elles par des ficelles. Des éclats de rire retentissent lorsque nous nous faisons secouer dans tous les sens et tremper dans les rapides.
Le trek est déjà fini mais nous avons la tête pleine d’images de ces grands singes si fascinants. Et dire que ces beaux animaux sont en danger d’extinction pour remplir les poches des exploitants des palmiers à huile et des industriels qui l’utilisent. Ils détruisent au fur et à mesure la jungle pour planter ces palmiers tout moches. L’huile de palme est certes peu chère mais de très mauvaise qualité nutritionnelle ce qui entraîne des carences chez les populations telles qu’en Indonésie qui ont troqué l’huile de coco pour l’huile de palme dans leur cuisine faite principalement de friture. Aller un peu de propagande sous prétexte des beaux yeux de ces grands singes : consommer moins mais de meilleure qualité, les singes se porteront mieux et vous aussi.

precedent suivant
les photos sont dans la Galerie photo

© 2012/2014 --- Ju, Béné, Kiara & Mal --- www.lespedalesdouces.fr
dernière version 13/01/2014
Voyage d’une famille dans le monde